Guibarka Afridev

Bienvenue sur mon blog

28 mai, 2011

The UFDG denounces what the Ombudsman!

Classé dans : Non classé — guibarka @ 15:24

The UFDG denounces what the Ombudsman
May 28, 2011 by guibarka

       Bars Guineenews – Guinea Line & Logistics
Politics: The UFDG denounces what the Ombudsman
posted May 27 2011/dakar senegal / 221706011399
Ibrahima BAH guibarka
The Vice-President of the Union of Democratic Forces of Guinea (UFDG), Oury Bah, conducted this Friday, May 27, 2011, a press briefing at the Press House based in Coleah Lanséboundji in the town of Matam.

The purpose of the briefing which was attended Guibarka AFRIDEV according Oury Bah, is to give the position of the UFDG from the socio-political situation in Guinea in particular, the recent declaration (…) The Fulani are only good deal of economic power « of the Ombudsman, General Facinet Touré.Qualifiant first this outrageous statement, Oury Bah said that far from being a » joke « or » banality, « violates the principles of equality of citizens and undermines the foundations of the Republic. » (…) The constitution of our country indicates that all citizens have equal rights and duties. To say that part of the national community has no right to competitions for political power. And they are only good deal of economic power, violates the principle of equality of citizens, « the indignant conférencier.Pour him beyond the UFDG he took the vice-presidency with campaign manager, Dr. Oussou Fofana, the whole of Guinean society is « insulted and assaulted » by the Ombudsman, Facinet Toure. « In its foundation, stated that the apartheid white minority should govern and that the black majority in turn, would suffer the political power of the white minority (…). It deviates by men and women to live their citizenship so full, « says Will il.Ce which is valid in South Africa, said the vice-president of the UFDG, east across worldwide and especially in Guinea. He added: « In a state of law, the prosecutor should refer the matter to translate the Ombudsman before the courts. Civil Society, the Bar Association and other institutions are challenged by this statement. « Noting that it is » ivoirité which has sunk in the Ivory Coast’s civil war, Oury Bah said the statement of the Ombudsman is another form of « foulaniphobie » that Facinet Toure is currently developing. « These positions exclusion may not yet collect means to create stability in Guinea. This statement is a serious provocation, leading to extremely serious conflicts that could undermine stability and peace in the Republic of Guinea. Facinet Toure was thus disqualified, « concludes il.Le Ombudsman, Facinet Toure, had, during a press briefing hosted May 20 at his home in Nongo, said the deal should Peulh economic power and let others share the political power.
At last, we learned that after the outcry it generated, the mediator of the republic, Facinet Toure has apologized for his « uncles » Fulani.

Ibrahima BAH guibarka

L’UFDG dénonce les propos du mediateur de la Republique

Classé dans : Non classé — guibarka @ 2:16

  Pub Guinéenews - Guinea Line & Logistics

Politique : L’UFDG dénonce les propos du médiateur de la République
posté le 27 mai 2011/dakar senegal/+221706011399
Ibrahima guibarka BAH
L'UFDG dénonce les propos du mediateur de la Republique BahOuryLe vice-président de l’union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Bah Oury a animé ce vendredi, 27 mai 2011, un point de presse à la Maison de la presse sise à Coleah Lanséboundji dans la commune de Matam.

L’objectif de ce point de presse auquel a pris part Guibarka Afridev, selon Bah Oury, c’est de donner la position de l’UFDG par rapport à la situation socio-politique de la Guinée notamment, la récente déclaration « (…) Les peulhs ne sont bons qu’à occuper le pouvoir économique » du médiateur de la République, le général Facinet Touré.Qualifiant tout d’abord cette déclaration de scandaleuse, Bah Oury a indiqué que loin d’être une « boutade » ou une « banalité », viole les principes de l’égalité des citoyens et remet en cause, les fondements de la République.« (…) La constitution de notre pays indique que tous les citoyens sont égaux en droit et en devoir. Le fait de dire qu’une partie de la communauté nationale n’a pas le droit de compétir pour le pouvoir politique. Et qu’ils ne sont bons qu’à occuper le pouvoir économique, viole le principe de l’égalité des citoyens », s’indigne le conférencier.Pour lui, au-delà de l’UFDG dont il assume la vice-présidence avec le directeur de campagne, Dr Oussou Fofana, c’est l’ensemble de la société guinéenne qui est « insultée et agressée » par le médiateur de la République, Facinet Touré.« Dans son fondement, l’apartheid indiquait qu’une minorité blanche devait gouverner et que la majorité noire quant à elle, devait subir le pouvoir politique de la minorité blanche (…). Ça dévie à des hommes et des femmes de vivre leur citoyenneté de manière pleine et entière », rappelle-t-il.Ce qui est valable en Afrique du Sud, dit le vice-président de l’UFDG, l’est un peu partout à travers le monde et surtout en Guinée. Et d’ajouter : « Dans un état de droit, le procureur devrait se saisir de l’affaire pour traduire le médiateur de la République devant les tribunaux. La société civile, l’ordre des avocats et les autres institutions sont interpellés par cette déclaration ».Rappelant que c’est « l’ivoirité » qui a fait sombrer la Côte d’ivoire dans la guerre civile, Bah Oury a affirmé que la déclaration du médiateur de la République est une autre forme de « foulaniphobie » que Facinet Touré est en train de développer.« Ces positions d’exclusion ne peuvent pas rassembler encore moyen créer la stabilité en Guinée. Cette déclaration est une provocation grave, menant à des conflits d’une extrême gravité et qui pourraient remettre en cause la stabilité et la paix en République de Guinée. Facinet Touré s’est donc disqualifié », conclut-il.Le médiateur de la République, Facinet Touré, avait, lors d’un point de presse animé le 20 mai dernier à son domicile à Nongo, affirmé que les peulhs devraient s’occuper du pouvoir économique et laisser les autres se partager le pouvoir politique.
Aux dernières nouvelles, nous avons appris qu’à l’issue du tollé que cela a suscité, le médiateur de la république, Facinet Touré a présenté ses excuses à « ses oncles » peulhs.

BAH Ibrahima guibarka

26 mai, 2011

Après l’administration centrale, la chasse aux sorcières par Alpha CONDE se prolonge au niveau des élus locaux Politique Jeudi, 26 Mai 2011 10:42 alpha_condeContre vents et marrées, Alpha CONDE l’ancien fugitif de Pinet renforce son emprise sur l’administration Guinéenne en plaçant ses hommes aux postes stratégiques en vue d’organiser une mascarade électorale de grande envergure lors des prochaines législatives. Après avoir été acculé par l’opposition, désavoué par la CENI (Commission électorale Nationale Indépendante) par la voix de son chargé de communication, reçu un avertissement sec et ferme de nos partenaires au développement (UE, UA, CEDEAO,…) sur la reprise intégrale du recensement des électeurs qui n’a pour seul but que de torpiller le fichier pour en faire un à sa guise, le vieux routier de la vie politique Guinéenne change de fusil d’épaule pour faire du contrôle des élections son objectif numéro un. C’est ainsi que le décret initiant le transfert des prérogatives de la CENI dans la gestion du processus électoral au profit de son frère Alassane CONDE le ministre de l’Administration du Territoire ait été mis en place. Cette vive condamnation dans cette tentative de violation de la constitution des acteurs politiques et institutionnels n’ont pas eu tout l’effet escompté car il récidive en renvoyant les conseillers de 11 communes urbaines et 9 CRD pour nous dit on mauvaises gestions financières et détournements de fonds publics ; Thèses basées sur des insinuations et calomnies en l’absence de toutes preuves matérielles. C’est donc une tactique purement politicienne qui vise à mettre les siens à la place pour renforcer son emprise dans le fonctionnement de l’Administration locale en violation flagrante de la constitution. Cette tactique est de bonne guerre car il s’agit là d’envoyer un signal d’avertissement sans équivoque aux autres conseillers communaux et communautaires pour leur dire c’est soit vous vous râliez au RPG où on vous débarque analyse Sékou SOUMAH éditorialiste de la vie politique Guinéenne et consultant de votre quotidien online. Ceux qui pensent que la Guinée est sur les bons rails en termes de renforcement de la démocratie se trompent renchérit Mr SOUMAH ; Car selon lui, l’opposition est plus que jamais muselée, l’opposition politique n’a pas accès aux médias d’Etat, les médias privés sont harcelés et pourchassés par les bandes armées d’Alpha CONDE, les libertés individuelles et collectives sont bafouées, la constitution est violée par le nouveau pouvoir de Conakry, …affirme notre éditorialiste. Il y a un grand chemin à faire pour empêcher Alpha CONDE de mettre la Guinée dans une nouvelle dictature analyse la majorité des fins connaisseurs de la vie politique Guinéenne. Pour terminer, l’on voit que les discours politiques à caractères ethniques, régionalistes, communautaristes,…enclenchés dans l’entre deux tours des présidentielles par Alpha CONDE continuent de belles lurettes. La preuve évidente est la sortie médiatique combien de fois condamnable du médiateur de la République Facinet TOURE qui affirme que « les peulhs doivent laisser le pouvoir politique aux autres ethnies » sans que le gouvernement ne lève un seul doigt pour condamner ce genre de propos dangereux pour l’unité nationale. C’est ce genre de débat qu’a entretenu Alpha CONDE et son clan dans l’entre deux tours et qu’ils continuent malheureusement d’exploiter rétorque un cadre de la fédération UFR de Kaloum. Les changements tant attendus en termes de l’enracinement de la démocratie, du renforcement de la liberté de la presse, de la promotion des libertés individuelles et collectives, du respect de la constitution, de l’égalité de tous les citoyens devant la lois,…ont décidemment du plomb dans l’aile. Les déçus des approximations hasardeuses du nouveau locataire du palais Sékoutoureya enregistrent une croissance exponentielle et atteignent désormais des anciens inconditionnels du RPG d’Alpha CONDE comme l’atteste cet article (http://www.guinee58.com/index.php?option=com_content&view=article&id=3303:alpha-conde-ou-le-comble-de-la-mediocrite-les-remords-dun-rpgiste&catid=44:libre-opinion&Itemid=67). Les nombreux déçus de ces violations répétées de notre constitution passeront ils des mots aux actes c’est-à-dire dans la rue ? Voilà la question qui taraude dans la tête de beaucoup d’analystes politiques de notre pays. Nous y reviendrons. Frederic HABA, www.guinee58.com, Conakry

Classé dans : Non classé — guibarka @ 21:05

Après l’administration centrale, la chasse aux sorcières par Alpha CONDE se prolonge au niveau des élus locaux

Politique

alpha_condeContre vents et marrées, Alpha CONDE l’ancien fugitif de Pinet renforce son emprise sur l’administration Guinéenne en plaçant ses hommes aux postes stratégiques en vue d’organiser une mascarade électorale de grande envergure lors des prochaines législatives.

Après avoir été acculé par l’opposition, désavoué par la CENI (Commission électorale Nationale Indépendante) par la voix de son chargé de communication, reçu un avertissement sec et ferme de nos partenaires au développement (UE, UA, CEDEAO,…) sur la reprise intégrale du recensement des électeurs qui n’a pour seul but que de torpiller le fichier pour en faire un à sa guise, le vieux routier de la vie politique Guinéenne change de fusil d’épaule pour faire du contrôle des élections son objectif numéro un. C’est ainsi que le décret initiant le transfert des prérogatives de la CENI dans la gestion du processus électoral au profit de son frère Alassane CONDE le ministre de l’Administration du Territoire ait été mis en place. Cette vive condamnation dans cette tentative de violation de la constitution des acteurs politiques et institutionnels n’ont pas eu tout l’effet escompté car il récidive en renvoyant les conseillers de 11 communes urbaines et 9 CRD pour nous dit on mauvaises gestions financières et détournements de fonds publics ; Thèses basées sur des insinuations et calomnies en l’absence de toutes preuves matérielles. C’est donc une tactique purement politicienne qui vise à mettre les siens à la place pour renforcer son emprise dans le fonctionnement de l’Administration locale en violation flagrante de la constitution.

Cette tactique est de bonne guerre car il s’agit là d’envoyer un signal d’avertissement sans équivoque aux autres conseillers communaux et communautaires pour leur dire c’est soit vous vous râliez au RPG où on vous débarque analyse Sékou SOUMAH éditorialiste de la vie politique Guinéenne et consultant de votre quotidien online. Ceux qui pensent que la Guinée est sur les bons rails en termes de renforcement de la démocratie se trompent renchérit Mr SOUMAH ; Car selon lui, l’opposition est plus que jamais muselée, l’opposition politique n’a pas accès aux médias d’Etat, les médias privés sont harcelés et pourchassés par les bandes armées d’Alpha CONDE, les libertés individuelles et collectives sont bafouées, la constitution est violée par le nouveau pouvoir de Conakry, …affirme notre éditorialiste. Il y a un grand chemin à faire pour empêcher Alpha CONDE de mettre la Guinée dans une nouvelle dictature analyse la majorité des fins connaisseurs de la vie politique Guinéenne.

Pour terminer, l’on voit que les discours politiques à caractères ethniques, régionalistes, communautaristes,…enclenchés dans l’entre deux tours des présidentielles par Alpha CONDE continuent de belles lurettes. La preuve évidente est la sortie médiatique combien de fois condamnable du médiateur de la République Facinet TOURE qui affirme que « les peulhs doivent laisser le pouvoir politique aux autres ethnies » sans que le gouvernement ne lève un seul doigt pour condamner ce genre de propos dangereux pour l’unité nationale. C’est ce genre de débat qu’a entretenu Alpha CONDE et son clan dans l’entre deux tours et qu’ils continuent malheureusement d’exploiter rétorque un cadre de la fédération UFR de Kaloum.

Les changements tant attendus en termes de l’enracinement de la démocratie, du renforcement de la liberté de la presse, de la promotion des libertés individuelles et collectives, du respect de la constitution, de l’égalité de tous les citoyens devant la lois,…ont décidemment du plomb dans l’aile. Les déçus des approximations hasardeuses du nouveau locataire du palais Sékoutoureya enregistrent une croissance exponentielle et atteignent désormais des anciens inconditionnels du RPG d’Alpha CONDE 

Les nombreux déçus de ces violations répétées de notre constitution passeront ils des mots aux actes c’est-à-dire dans la rue ? Voilà la question qui taraude dans la tête de beaucoup d’analystes politiques de notre pays.

Nous y reviendrons.

Ibrahima guibarka BAH, Guibarka Afridev, Dakar

ibrahimaguibarka@yahoo.fr

Alpha CONDE aux militaires : « j’augmente votre salaire mais je vous demande une garantie… », laquelle ?

Classé dans : Non classé — guibarka @ 20:42

Alpha CONDE aux militaires : « j’augmente votre salaire mais je vous demande une garantie… », laquelle ?

Ibrahima guibarka BAH

ibrahimaguibarka@yahoo.fr

militaireCela s’est passé en début de semaine au camp Alpha Yaya DIALLO, l’ancienne loge de l’ancien chef de la junte le capitaine Dadis CAMARA en exil forcé à Ouagadougou. C’est au cours d’une rencontre avec les hauts gradés de l’armée que le numéro un guinéen leur a annoncé l’augmentation de leur salaire à hauteur de 50%. L’ancien grimpeur du stade de Kaloum chercherait à rentrer dans les bonnes grâces de l’armée guinéenne.

Décidemment, les 700 millions de dollars résultant du bradage des blocs 3 et 4 du Mont Simandou font du boum au cœur et permettent à Alpha CONDE de respirer à plein régime. Nous avions prédit dans nos précédentes il y a de celà quelques jours que cette somme servirait à assassiner la démocratie. Sans prétention aucune, l’histoire nous donne quand même raison. Car son premier acte avec cet argent a été d’avoir les faveurs de l’armée par une augmentation de leur salaire à hauteur de 50%. Nous ne sommes pas contre la hausse des salaires des hommes en kaki mais nous disons que cela ne devrait pas être la priorité ; Car les hommes en uniforme sont déjà bien lotis par rapport au reste de la population guinéenne. En plus des ravitaillements en riz avec un sac du riz à 18 000 FG pour les hommes en arme contre 250 000 FG sur le marché pour le reste de la population rajoutée aux augmentations à hauteur de 50% de leur salaire par Sékouba KONATE lors de la transition, oui nous réitérons que cela ne devrait pas être la priorité ; sauf pour un président qui affiche comme priorité, le cramponnage au pouvoir au lieu de s’atteler au développement socio-économique de son pays. Cette attitude de nouvel homme fort Guinéen ne trompe personne car il s’inscrit dans la droite ligne des dictateurs africains qui ont toujours chouchouté l’armée au dépend du reste de la population. Si non s’il s’inscrivait dans la logique de l’amélioration équitable des conditions de vies des travailleurs ne serait ce que de l’Etat, pourquoi cette hausse n’a pas été faite que pour l’armée ? Et pour les autres corps de l’Etat à savoir les médecins, les enseignants, les fonctionnaires de police, les chercheurs,… ?

 Acculé de toute part, aussi bien par l’opposition que ses anciens alliés de l’arc en ciel, Alpha CONDE chercherait un refuge et la protection de l’armée analyse un leader de la classe politique guinéenne. Pour lui, cette attitude d’Alpha CONDE ne trompe et ne surprend personne car convaincu de son incapacité à apporter quelconque changement positif pour nos compatriotes, il veut à tout prix avoir la protection de l’armée afin de pouvoir compter sur elle pour mater toute contestation quoique légitime soit de l’opposition ou des leaders syndicaux renchérit Sorel MARA, information de profession en service dans le secteur bancaire Guinéen.

Il est plus que jamais urgent que les leaders des centrales syndicales demandent elles aussi l’augmentation du salaire de ses membres puis de la fourniture en eau et électricité des grandes villes de notre pays. La période de grâce pour l’ancien fugitif de Pinet est terminée. Ce n’est pas nous qui le disons mais plutôt sa décision plus que disproportionné entre les différentes composantes sociales de notre pays.

 Affaires à suivre…

Ibrahima guibarka BAH

ibrahimaguibarka@yahoo.fr

Déjà 2 ans de cela. L’Union des Forces Démocratiques de Guinée et les Guinéens se souviennent de BA Mamadou

Classé dans : Non classé — guibarka @ 20:37

Déjà 2 ans de cela. L’Union des Forces Démocratiques de Guinée et les Guinéens se souviennent de BA Mamadou

Ibrahima guibarka BAH

ibrahimaguibarka@yahoo.fr

 

Ba Mamadou

2ème Anniversaire du Décès de BA Mamadou

Le 26 Mai 2009, la Guinée perdait un de ses meilleurs fils. Des funérailles nationales avaient alors été organisées de l’aéroport de Conakry à la Préfecture de Dinguiraye en passant par l’Hôpital Ignace Deen.Le 26 Mai 2011, deux ans après cette perte tragique, l’UFDG au niveau de la direction et des sages, a organiser un sacrifice et une lecture de coran pour le repos de l’âme du doyen de l’opposition guinéenne à son temps. Les cérémonies ont eu lieu ce matin au siège du parti à Commandanya.

Parallèlement à cette cérémonie, une autre a eu lieu à ENTA dans la cadre strictement familiale, au domicile de El Hadj Mamadou DIA, beau frère de Ba Mamadou et époux de Hadja Souadou DIA, née BA et jeunes soeur de BA Mamadou qui est décédé à peine une semaine après l’enterrement de son frère à Dinguiraye.

Le 6 Juin 2011, il est prévu que El Hadj Mamadou DIA face la même cérémonie à Dinguiraye pour les deux disparus àfin de permettre à ceux et celles de la famille qui n’ont pas pu assister à la cérémonie de Conakry.

La famille, par sa fille Madame SOW Kadé, née BA demande à toutes et à tous, dobserver durant cette journée anniversaire une minute de silence où que vous vous trouver sur la planète et à n’importe quel moment de la journée pour que nos prières atteignent nos illustres disparus.

Nous y reviendrons…

Ibrahima guibarka BAH

25 mai, 2011

Compte rendu de la visite du Président Cellou Dalein en Côte d’Ivoire à l’occasion de l’investiture du Président Alassane Ouattara

Classé dans : Non classé — guibarka @ 20:22

Compte rendu de la visite du Président Cellou Dalein en Côte d’Ivoire à l’occasion de l’investiture du Président Alassane Ouattara


Abidjan, le 23 mai 2011

Cellou Dalein Diallo en Cote d'Ivoire pour l'investiture de Alassane Ouattara, le 21 Mai 2011

Cellou Dalein Diallo en Cote d’Ivoire pour l’investiture de Alassane Ouattara, le 21 Mai 2011

Invité  du couple présidentiel ivoirien, Cellou Dalein Diallo, Leader de l’Opposition Guinéenne et Président du Parti UFDG, est arrivé  à Abidjan le Jeudi 19 Mai 2011 vers 14 heures 45 à bord d’un vol régulier de la compagnie Sénégal Air Lines, en provenance du Sénégal.A sa descente d’avion, Cellou Dalein a été accueilli par les autorités ivoiriennes et la Fédération UFDG-Côte d’Ivoire avec à sa tête le Secrétaire Fédéral, Docteur Diallo Ibrahima.

Après les civilités d’usage, la délégation a été conduite sous forte escorte au PullMan Hôtels où le Président de l’UFDG devait prendre ses quartiers.

Cellou Dalein et Dr Diallo Ibrahim (Sécretaire Fédéral), saluant le Protocole á l’entrée de la Fondation Félix Houphouët Boigny

Cellou Dalein et Dr Diallo Ibrahim (Sécretaire Fédéral), saluant le Protocole á l’entrée de la Fondation Félix Houphouët Boigny

Le Vendredi 20 Mai 2011, Cellou Dalein s’est rendu à Yamoussoukro, Capitale politique de la Côte d’Ivoire accompagné d’une délégation du Bureau Fédéral dont :

  1. Docteur Diallo Ibrahima, Secrétaire Fédéral de la Fédération UFDG-Côte d’Ivoire ;
  2. Elhadji Sow Djibril, Trésorier Fédéral ;
  3. Diallo Mamadou Mouctar, Secrétaire à la Communication de la Fédération ; et
  4. Demba Diallo, Journaliste correspondant en Côte d’Ivoire du Magazine Africa-International, consultant à Radio France (France-Inter, France-Info) et   membre du Secrétariat à la Communication de la Fédération de l’UFDG.

Parti d’Abidjan à 12 heures, c’est vers 15 heures GMT que la délégation est arrivée à Yamoussoukro.

Le Président du Parti,  Cellou Dalein Diallo a été logé à l’Hôtel Président de Yamoussoukro où les invités de marque, c’est-à-dire, les Chefs d’Etats africains, européens ainsi que les représentants de l’Amérique, du Kosovo avaient pris leur Quartier Général.

Le programme du séjour ivoirien du Chef de l’Opposition Guinéenne fût le suivant :

  • Vendredi 20 mai 2011 à 20 heures 30, dîner en compagnie de la première dame de la République de Côte d’Ivoire, Madame Dominique Ouattara.
  • Samedi 21 Mai 2011 à 10 heures 30, cérémonie d’investiture à la fondation Félix Houphouët Boigny pour la paix en présence de 19 chefs d’Etat et des centaines de Délégations venues de part le monde
  • Samedi 21 mai à 20 heures30, Dîner avec le couple présidentiel en présence d’autres invités de marque à la résidence présidentielle de Yamoussoukro.
  • Dimanche 22 mai 2011 à 12 heures,  départ de Cellou Dalein à bord d’un avion spécial affrété pour les invités de marque du Président de la République de Côte d’Ivoire, SEM Alassane Dramane Ouattara.

En marge de ce programme extrêmement chargé, le Président du Parti – Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG) – a eu des rencontres avec des personnalités du monde des Finances, des personnalités politiques de haut rang ainsi que des hommes des medias à ses trousses dès que la presse ivoirienne a annoncé sa présence en terre ivoirienne.

Au nombre des rencontres politiques, Cellou Dalein a eu des entretiens avec presque tous les Chefs d’Etat présents ainsi que le Premier Ministre Kenyan Raila Odinga.

2011_05_21_Cellou_Cote_Ivoire_02

Tous les médias internationaux présents, principalement : RFI, PanaPresse, Reuters, BBC, Afrique Magazine, TV5 Monde, L’Expresse, Africano1, etc. ont échangé avec Cellou Dalein sur l’évolution de la Guinée depuis La présidentielle de Novembre 2010.

A cela, il faut aussi noter les interviews que le Leader de l’Opposition Guinéenne a accordées aux Médias ivoiriens.

Cellou Dalein a saisi cette occasion pour remercier le Président Ouattara et son épouse qui ont bien voulu l’inviter à cette Cérémonie mémorable.

Il a, par ailleurs, félicité le Comité d’Organisation pour cette cérémonie réussie, malgré la crise vécue par le pays ces quatre derniers mois.

Ce qu’il faut retenir du séjour du Président de l’UFDG en Côte d’Ivoire est qu’il reste très populaire et respecté par non seulement les personnalités du pays, mais aussi par les anonymes.

Toutes les délégations ont tenu à lui exprimer leur amitié et lui ont reconnu son sens élevé de responsabilité pour avoir évité le chaos à la Guinée.

Une anecdote pour illustrer la popularité de Cellou Dalein Diallo au-delà des frontières guinéennes : ce Vendredi 20 Mai 2011, à l’Hôtel Président de Yamoussoukro, un membre de l’orchestre qui adoucit les mœurs des résidents temporels de l’Hôtel,    reconnaît le Président Cellou; avec ses compagnons ils arrêtent de jouer à la grande surprise du public. Motif de cette interruption instantanée poser avec le Président Cellou en souvenir d’avoir eu l’honneur de lui distiller des sonorités musicales.

Après cette scène, sa présence venait d’être signalée. Tous tenaient à poser avec Cellou Dalein quand d’autres tenaient à lui serrer la main.

Cellou Dalein et Dr Diallo Ibrahim (Sécretaire Fédéral), saluant le Protocole á l’entrée de la Fondation Félix Houphouët Boigny

Nous pouvons affirmer, sans risque de nous tromper, qu’à part le Président Ouattara et son épouse, hôtes de la cérémonie et le Président français Nicolas Sarkozy,  Cellou Dalein Diallo a été de loin la vedette de la cérémonie d’investiture du Président Alassane Dramane Ouattara.

Diallo Mamadou Mouctar

BAH Ibrahima Guibarka

 

Interview : Le Leader de l’Opposition Guinéenne – Cellou Dalein Diallo – face á la presse ivoirienne

Classé dans : Non classé — guibarka @ 20:17

Interview : Le Leader de l’Opposition Guinéenne – Cellou Dalein Diallo – face á la presse ivoirienne

Cellou Dalein Diallo

L’opposant Guinéen, Cellou Dalein Diallo était parmi les hôtes du Président Alassane Ouattara lors de son investiture à Yamoussoukro le samedi 21 mai dernier. Cette présence de Cellou Diallo à la cérémonie revêt plusieurs sens. Il fait partie non seulement de l’Internationale libérale avec le Chef d’Etat ivoirien, mais aussi, les deux personnalités gardent des liens d’amitié qui remontent aux années passées dans les institutions financières.

Dans cette interview exclusive, Cellou Diallo juge le nouvel homme fort de la Côte d’Ivoire.

Que nous vaut Excellence, l’objet de votre visite pour l’investiture du Président Alassane Ouattara à Yamoussoukro ?

Le Président Alassane Ouattara m’a fait l’honneur de m’inviter personnellement à cette importante cérémonie. J’espère que cela va marquer un nouveau départ dans l’évolution de la Côte d’Ivoire. Je pense que ce pays frère et limitrophe est en train de s’engager désormais sur la voie de la réconciliation et du développement durable. J’ai été fier du discours tenu par le Président Ouattara qui répond non seulement aux préoccupations des Ivoiriens, mais aussi des Africains. Ce qu’il a dit, c’est de tenir son engagement à promouvoir la politique de réconciliation. Il est resté dans cet engagement à promouvoir la paix. Que la Côte d’Ivoire, terre de fraternité et de dialogue reprenne sa place dans le concert des Nations.

On dit très souvent que ce qui s’est produit en Côte d’Ivoire fera un cas d’école en Afrique par rapport à la démocratie. Et vous qui poursuivez cette idéologie de la démocratisation en Afrique, quel est votre regard sur ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire ?

Je ne pense que ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire soit un cas d’école, parce qu’on a déploré aussi ces violences postélectorales auxquelles on a assisté. Je ne souhaite pas que cela se passe dans un autre pays. Ce que nous souhaitons, c’est d’avoir des idées, un programme de société et que ceux qui perdent acceptent la victoire des vainqueurs. Bien évidemment, il est souhaitable que les institutions chargées de promouvoir les résultats prennent leur temps pour vérifier et pour ne prononcer que les résultats qui correspondent aux résultats issus des urnes. La démocratie semble aujourd’hui parfois menacée par l’incohérence, le manque d’indépendance de neutralité par ceux qui sont placés à la tête des Institutions chargées de conduire le processus électoral.

Nous avons la CENI (Commission Electorale Nationale Indépendante), la Cour Constitutionnelle ou la Cour Suprême qui sont les recours pour examiner les réclamations des candidats. Lorsque l’autonomie, l’indépendance, l’intégrité des hommes chargés de diriger ces Institutions ne sont pas garanties, et bien, il y a des risques que la vérité et le Droit ne triomphent pas. Cela peut conduire à des violences extrêmement graves.

Généralement vous qui prônez la démocratie en Afrique, vous êtes taxés d’être les candidats de l’Europe, de l’Occident. On parle même d’ingérence dans les affaires des pays africains.  En tant qu’homme politique qui pense beaucoup pour la démocratie en Afrique, que répondez-vous ?

Je pense que la démocratie est un besoin vital de nos peuples. Mais ; il faut que l’élite politique, intellectuelle s’assume en faisant en sorte que le suffrage du peuple soit respecté parce que partout, c’est généralement l’éthique du pays qui se dégrade. La démocratie semble parfois menacée par l’incohérence, le manque d’indépendance. Cette démocratie doit être marquée d’intégrité, de neutralité, d’une partialité irréprochable. Que les personnes choisies pour conduire le processus électoral, soient dignes de la confiance de ceux qui les ont choisies et qu’elles soient dignes de la confiance du peuple en disant les choses telles quelles sont. Et qu’on insiste sur la responsabilité, le devoir des candidats à accepter les résultats.

Les faiblesses de la démocratie ici, tiennent à la faiblesse des hommes au manque d’indépendance, d’impartialité et de neutralité des institutions, mais aussi leur mission parfois démesurée des candidats qui ne veulent pas reconnaître les résultats des urnes. Donc que tout le monde prenne conscience que les Africains ont besoin de démocratie.

Excellence, le Président Obama lors de sa visite au Ghana a parlé d’institutions au lieu des hommes forts. Que pensez-vous de cette affirmation ?

Oui, il ne peut avoir d’institutions fortes s’il n’y a pas d’hommes intègres compétents et déterminés à dire le Droit, la vérité. La force des institutions dépendent souvent de la qualité des textes qui régissent leur fonctionnement que la qualité des hommes chargés de diriger ces institutions. Il est important de faire beaucoup attention dans le choix des hommes et de les sensibiliser afin qu’ils soient dignes de confiance.

Vous avez été invité par le Président de la République à son investiture. Est-ce que parce qu’il y a une grande similitude entre l’Etat Guinéen et celui de la Côte d’Ivoire, ou est-ce que cela est dû a vos rapports personnels ?

Nous avons des valeurs partagées. Le Président Ouattara et moi, nous sommes tous de sensibilités différentes, nous avons eu à travailler ensemble. Nous nous estimons. Ce que je sais du Président Alassane Ouattara, qu’il n’est pas un démagogue. Ce qu’il dit, il le fait. Je pense que c’est en raison de tout ça qu’il m’a invité personnellement à cette cérémonie. Je voudrais saisir cette occasion pour le remercier très sincèrement et lui souhaiter bonne chance dans la conduite de la Côte d’Ivoire.

Le Président ADO a, dans son discours, parlé de réconciliation, de pardon. Il y a eu aussi de fractures en Guinée à la suite des élections. Aujourd’hui, auriez- vous le même discours ou auriez-vous quelques reproches à faire au Président actuel ?

Son discours était responsable. Il ne manquera de mettre en œuvre des politiques qui confirment les engagements qu’il a pris devant le peuple ivoirien et face à la communauté internationale. En Guinée, nous déplorons l’absence d’un tel discours et l’absence d’actes qui vont dans la même direction. En ce qui nous concerne, nous avons marqué notre attachement à la paix, à l’unité de notre pays en renonçant de contester les résultats proclamés par la cour suprême. Malgré la solidité des dossiers que nous avons présenté, nous avons fait un choix difficile. Celui de nous conformer aux décisions de la cour suprême pour sauvegarder la paix et nos vies.

Excellence, pensez-vous qu’après 50 ans d’indépendance, l’Afrique a besoin qu’on lui dicte encore les leçons de démocratie comme c’est le cas aujourd’hui où l’Occident s’ingère dans les affaires de démocratie en Afrique?

Vous savez qu’il y a un minimum de règles quasi universelles de la démocratie. Je pense que, que ce soit en Afrique, en Europe, en Asie, en Amérique ou en Océanie, il ya un certain nombre de règles qui sont acceptées par tous ceux qui se réclament de la démocratie. Parmi ces règles, il y a les élections symbole du gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple. Il faut que le peuple choisisse librement ses dirigeants. Ça c’est un principe qui existe partout dans le monde entier. Faire en sorte que le peuple participe aux décisions qui vont être prises et qui vont concerner son sort, sa vie, ses libertés. Maintenant, est-ce qu’il faut respecter les règles de la démocratie ? Vous savez, l’Europe a contractualisé le respect d’un certain nombre de valeur comme la démocratie, l’Etat de Droit, la bonne gouvernance.

Et dans le cadre de l’accord de Cotonou, c’est à l’Union Européenne d’interpeller les gouvernements africains lorsqu’elle considère que ces valeurs sont violées au niveau des Etats bénéficiaire de l’aide européenne. Pour que les pays ACP acceptent de signer l’accord de Cotonou, il fallu qu’ils soient d’accord avec ces règles qui sont, des élections libres transparentes. Un gouvernement qui rend compte de sa gestion et un certain nombre de règles de bonne gestion. Il y a un certain nombre de choses sur lesquelles, les démocrates sont d’accord. Maintenant, il y a les réalités africaines. On essaie de faire un mélange de règles quasi universelles et contraintes locales. Mais, il ne faut pas utiliser les spécificités de nos coutumes et nos traditions pour rejeter le principe de faire élire les dirigeants par les populations.

Président, vous avez participé aux élections présidentielles dans votre pays, aujourd’hui en Guinée on attend les élections législatives. Quelles sont les leçons que vous tirez de la présidentielle pour éviter les remous post-électoraux que nous avons connus ?

Je pense qu’il y a certain nombre de choses à faire. Le système peut être amélioré. Il faut que les partis aient le droit d’être présents dans les bureaux de vote et participer au dépouillement. Il faut obtenir l’impartialité et la neutralité de la commission. Nous sommes en Afrique, les préfets et les sous-préfets peuvent influencer. Que ce soient les juridictions aux premières instances qui soient sollicitées, dans certains pays c’est la Cour Constitutionnelle. Il faut que les cadres qui travaillent dans ces institutions soient neutres et impartiaux. Qu’ils maîtrisent leur matière et qu’ils jouent efficacement leur rôle. La structure étatique doit être neutre dans la gestion du processus électoral. Les structures de l’Etat ne doivent pas défendre un candidat.

Si l’on a institué la limitation de mandats à cinq ans, parce que, beaucoup de gens pensent que s’il n’y a pas de limitation de mandats par la voix légale et il n’y aurait pas d’alternance politique pacifique. Parce que, le gouvernement place, le Président sortant qui dispose de l’appareil d’Etat, qui nomme les juges, les préfets, les sous-préfets, le Président de la Cour Constitutionnelle.

Lorsqu’il est candidat, il sera très difficile de faire les élections, parce qu’il n’est pas facile de s’assurer dans ce cas, de la neutralité et l’impartialité de l’Etat. C’est propre à la Guinée et autres pays africains. Mais de plus en plus, le système s’améliore avec la CENI. Mais la CENI peut trouver des cadres pour s’affranchir de la tentation d’être au service d’un des candidats. Il faut que ce soient des personnes honnêtes qui disent qu’en servant mon pays, je dois observer la neutralité absolue entre les candidats.

23 mai, 2011

Comme le grand champion notre « frère » Caissier Ally Diallo de l’UPR, le parti de poids « lourd » électoral de 0,5% des votants, il s’adresse à tous les Guinéens en général et aux innocents en particulier.

Classé dans : Non classé — guibarka @ 16:46

© Comme le grand champion notre « frère » Caissier Ally Diallo de l’UPR, le parti de poids « lourd » électoral de 0,5% des votants, il s’adresse à tous les Guinéens en général et aux Peulhs en particulier.

Comme le grand champion notre « frère » Caissier Ally Diallo de l'UPR, le parti de poids « lourd » électoral de 0,5% des votants, il s'adresse à tous les Guinéens en général et aux innocents en particulier.   AlphaCondeMensongesPalme_1C’est lui qui le dit, pour ceux qui ne le savaient pas. Il ne s’agit pas ici des seuls militants du RPG genre Bah Ousmane et Rouguy Wrangler. Comme le grand champion notre « frère » Caissier Ally Diallo de l’UPR, le parti de poids « lourd » électoral de 0,5% des votants, il s’adresse à tous les Guinéens en général et aux innocents en particulier.

Alpha Condé vous aime d’un amour « tyrannique », il le réaffirme, et pas à n’importe qui. C’est au cours d’une interview qu’il énonce cette vérité.

Le PDE national commence par une profession de foi:

« Les mauvaises habitudes prises sont telles que je dois tout surveiller et vérifier. Je ne tolère aucune velléité de corruption, j’ai donc l’œil sur tout ».

AlphaCondeContrePeulh_1Apparemment notre PDE est un cyclope, monstre de la mythologie; il n’a donc qu’un seul œil, lequel est braqué exclusivement sur ceux qu’il aime par-dessus tout, les peulhs. Si Zakariaou est mort, c’est parce qu’il avait l’œil sur lui et l’aimait trop.

Idem pour tous ceux qu’il aimait trop à Siguiri, Kankan et Nzérékoré. Même chose pour les cambistes et commerçants peulhs. Ceux qui disent qu’Alpha n’a mis les pieds au Fouta ni pendant, ni entre les deux tours ni après les élections sont de fieffés menteurs.

Le dernier qu’il aimait trop s’appelle le Capitaine Samba Diallo, celui que l’Etat avait détaché pour la garde rapprochée de Cellou.

RouguiBarryRBB_1Personne n’a plus aucune nouvelle de lui depuis que l’amoureux transi du Fouta l’a fait arrêter et disparaitre (pardon, il l’a envoyé en vacances dans un hôtel quatre étoiles type Camp Boiro…)

On peut donc gagner honnêtement, démocratiquement des élections en mettant de côté presque la moitié de la population d’un pays.

Pour la corruption, on verra les audits de sa propre gestion. Après Dadis, Jean-Marie Doré et Konaté, comprenez que l’on se méfie un peu des audits à tête chercheuse.

Vous savez de qui.

« Les opposants l’accusent d’ethnocentrisme ?

Il répond : « J’ai été longtemps président de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (Feanf). Je suis un militant de l’unité africaine ».

SiradiouReveillesToi_2Bien que la relation de cause à effet ne nous parait pas évidente dans l’affirmation du Prof, comprenez que notre brillant PDE est plutôt préoccupé par l’unité Africaine. Ce qui expliquerait ses voyages incessants aux frais des finances du pays.

L’unité des citoyens Guinéens peut attendre. Ce n’est pas une urgence. Quand il affirme qu’il voudrait que certains restent à l’extérieur, Il y a toujours un bon paquet qui comprend à retardement.

« Le peuple n’en a plus peur (de l’armée). Et elle se rend compte d’elle-même que la démocratie est la meilleure chose qui puisse lui arriver. Elle est à nouveau considérée, respectée, aimée ».

Ba-Ous_3Ce qui est vrai. Depuis que le « Pr de Droit » est à la tête du pays, la démocratie RPG montre tous les jours ses bienfaits: tripatouillage des textes, décisions arbitraires, magistrats aux ordres, militaires assassins fanatisés, etc.

Les assassinés n’ont assurément plus peur de l’armée. De n’importe quel autre assassin d’ailleurs. Ne dit-on pas que « cabri mort n’a plus peur du couteau? »

Si vous voulez savoir par qui et pourquoi le domicile de Cellou a été perquisitionné et pourquoi Alpha Condé n’avait rigoureusement rien à voir dans cette affaire, courez vite, vous et toutes vos connaissances acheter ce numéro de Jeune Afrique.

Jeune Afrique (n° 2628, en kiosques du 22 au 28 mai 2011)


Ibrahima Guibarka BAH

ibrahimaguibarka@yahoo.fr

Révue de presse : Revue de presse : Kouyaté de retour, volonté politique en souffrance, malaise dans nos universités, remaniement ministériel

Classé dans : Non classé — guibarka @ 16:36

  Pub Guinéenews - Guinea Line & Logistics

Révue de presse : Revue de presse : Kouyaté de retour, volonté politique en souffrance, malaise dans nos universités, remaniement ministériel
BAH Ibrahima Guibarka
 
Révue de presse : Revue de presse : Kouyaté de retour, volonté politique en souffrance, malaise dans nos universités, remaniement ministériel revuepresseÉlections législatives, la volonté politique en souffrance, la reprise intégrale du recensement électoral, le malaises dans nos universités, le remaniement gouvernemental en perspective, RTG : trois journalistes écartés…sont entre autres thèmes qui ont dominé la une des journaux la semaine écoulée.

« Législatives : Kouyaté étale enfin ses ambitions », met à sa une le Démocrate no 557 du mardi 17 mai

Le journal rapporte  » Lansana Kouyaté, président du parti de l’espoir pour le développement national (PEDN) a effectué une tournée dans la ville de Boké, le vendredi dernier. Cette visite de l’ancien premier ministre visait à battre le rappel de ses troupes dans la perspectives des prochaines législatives… »

Et de préciser  » depuis son retour au pays il y a environ trois semaines, Lansana Kouyaté vivait dans une sorte d’isolement. Retranché dans sa superbe villa de Matoto., ine sortait presque jamais et recevait peu, dit-on. Pour bien de gens, ce sont les déboires du guide libyen Mouhammar Kadhafi dont il est proche qui aurait plongé le président du PEDN dans la mélancolie. Pourtant ceux qui le connaissent affirment le contraire et trouvent que Kouyaté a le moral haut. Pour preuve, à la tête d’une importante délégation de son parti, Kouyaté s’est rendu dans la préfecture de Boké, où il a annoncé les couleurs de la campagne pour les législatives. Dans la foulée, il a offert 11 tonnes de riz aux militants de son parti et promet des équipements et des engins roulants aux groupements féminins de Boké…. »

 » Lansana Kouyaté a mis son séjour à profit pour demander à tous les militants du PEDN de revenir dans les rangs. Le temps des alliances étant pour le moment révolu. C’est donc désormais clair que le PEDN s’est retiré de l’alliance arc-en-ciel. Comme pour dire qu’il pourrait y avoir de l’électricité dans l’air lors des prochaines joutes électorales. En tout cas, Kouyaté veut faire cavalier seul désormais et il vient de le faire savoir. Mettant ainsi fin aux supputations sur son avenir politique « , précise le journal

« Dans la logique du changement : la volonté politique en souffrance… », s’exclame Le Défi

Pour cet hebdomadaire,  » s’il y a quelque chose qui retarde le processus de changement dans son évolution, c’est bien ce sous développement mental qui caractérise la plupart de nos hommes politiques, peu soucieux de conditions de vie d’un peuple qui, depuis plus d’un siècle végète dans une pauvreté révoltante… »

D’après le journal, ‘ beaucoup de nos compatriotes avaient cru, qu’après l’élection d’un président de la République issus des urnes, bien de choses changeraient. Tout au moins, que la classe politique préserverait la paix sociale à travers des comportements plutôt favorables à la réalisation de l’unité nationale qu’un passé douloureux avait détruite. Aujourd’hui, malheureusement, il y a comme une division plus accentuée des Guinéens, la constitution des clivages communautaires, des blocs régionaux à travers certaines formes d’unions et d’associations dont les actions loin de profiter au pouvoir, mettent en puéril, il faut oser le dire, les liens séculaires de bon voisinage, de mariages entre différentes ethnies qui composent la Guinée… »

 » Il serait, aujourd’hui, irresponsable de laisser le pays sombrer dans des rapports inutiles de force, sans prévenir les dérapages qui se préparent à tous les niveaux. La logique du changement doit s’inscrire dans la réconciliation de tous les Guinéens. Car rien de consistant ne saurait se construire dans la discorde. Cette logique du changement interpelle le professeur Alpha Condé et ses adversaires politiques qui, au delà des joutes électorales assez légitimes, restent tout aussi des partenaires indispensables pour sauver la paix sociale. La réconciliation est moins une nécessité qu’un préalable à toute autre forme de compromis… », prévient le journal.

« Malaise dans nos universités : un pas à Sonfonia et à Gamal » titre en page intérieure La Lance no 744 du 18 mai

Le médium rapporte « après une grève des étudiants qui réclamaient en avril dernier des meilleures conditions d’études, une commission culturelle a été créée pour renforcer le dialogue entre étudiants et encadreurs afin de désamorcer les crises. Les commissions créées au sein des différentes facultés leur permettront de détendre l’atmosphère et de discuter des problèmes pédagogiques. Mais les infrastructures, l’équipement laissent à désirer. L’université ne possède qu’un centre informatique où la connexion Internet fait grincer des dents. La bibliothèque très peu équipée, la faculté de Droit et sciences juridiques fait plus de 6.000 étudiants. Pour y avoir une place, il faut être matinal. Et quelle chaleur! ‘

Selon le doyen de la dite faculté cité par le journal  » le gros du problème est la gestion des effectifs. Mais nous avons constitué des groupes pédagogiques pour faire un roulement…’ Un étudiant en licence dénonce le retard des profs et même leur incompétence. Les titulaires du DEA (Diplôme d’étude approfondie) ont fui l’université de Sonfonia pour s’occuper d’autres affaires. Les maitres assistants font des fautes incroyables…Ce n’est pas digne d’une université ‘ ajoute-t-il.

 » La plus ancienne université du pays, l’université Gamal Abdel Nasser de Conakry (UGANC) fêtera ses 52 ans en 2012. L’institution a soif d’infrastructures nouvelles, de rénovations, d’équipements, de personnel enseignants compétents. L’UGANC abrite 14.900 étudiants. L’État s’était engagé en 2008 à rénover les anciens bâtiments et à construire de nouveaux édifices, mais le projet a échoué. Les nouvelles autorités du pays ont demandé à l’entreprise qui s’en occupe d’arrêter les chantiers. Question de contrats gré à gré. Or, il y a une pléthore d’étudiants dans les amphithéâtres…’

Et le journal d’ajouter  » certains étudiants restent debout des heures durant pour suivre les cours. Et pour se soulager un peu, ils se succèdent selon le programme conçu par leur faculté. Outre ces problèmes d’infrastructures, il y a une pléthore de revendications des étudiants qui réclament entre autre le dialogue entre encadreurs et étudiants, la mise en place d’un conseil national des d’étudiants, l’instauration d’une presse et d’un système de sécurité… Les petits médecins, eux réclament l’octroi des dettes académiques pendant que le doyen de la faculté de dénoncer le bas niveau des étudiants. Les récents troubles ont dû entrainer l’intervention du colonel Tiégboro et du premier ministre… »

« Remaniement en perspective : le gouvernement Fofana sur la corde raide », met en page intérieure Le populaire no 252 du 16 mai

Selon notre confrère,  » le gouvernement Mohamed Said Fofana nommé après la prise de fonction du nouveau président guinéen serait sur la corde raide… »

D’après notre confrère  » cette équipe pléthorique et peu inspirée a du mal à décoller. Les Guinéens, dans leur ensemble, ne ressentent aucunement le climat d’un renouveau. Le premier ministre, depuis sa prise de fonction, se contente des sorties à l’intérieur du pays en faisant une campagne pour le président Alpha Condé sous l’argument de s’enquérir des réalités du pays profond. Alors que même Toto sait que la solution de la crise socio-économique ne se résout pas par des discours et du folklore. Pour son inertie donc, on annonce le départ très prochain de Said Fofana et son équipe. On parle de nomination d’un nouveau premier ministre qui formera une équipe réduite de technocrates. Car on ignore même si Monsieur Fofana connait le nombre de ses ministres. Leur nombre est à la cinquantaine. Sans oublier l’autre gouvernement parallèle qui trône à la présidence « .

‘ On y trouve des ministres conseillers chargés de tout et de rien qui déambulent sans bureau. Plus le temps avance, plus le professeur Alpha Condé se rend compte de ce que c’est le pouvoir et ses méandres. Si s’opposer est un métier, mais gouverner c’en est un autre… », rappelle notre confrère

« La Guinée vers un nouveau recensement : le mutisme de l’opposition ! », note à sa une L’Indépendant

Le journal souligne  » dans deux semaines, les Guinéens seront enrôlés en prélude aux élections législatives qui devront avoir lieu dans le dernier trimestre 2011. Que l’opposition veuille ou non, le recensement de la population débutera dans une semaine au maximum. C’est du moins ce qu’a annoncé Alhassane Condé sans toutefois être précis au niveau du calendrier. Selon le ministre, cela se fera avec ou sans l’aide extérieure. Et il affirme que le gouvernement est déjà préparé à financer seul le recensement de la population. Quitte à l’opposition d’adhérer ou pas à cette décision qui semble irréversible… »

A en croire notre confrère « cette déclaration du ministre de l’Administration du territoire a été confirmée par le chef de l’État dimanche dernier au palais du peuple. Le professeur Alpha Condé a dit que ‘ nous voulons des élections libres et transparentes en Guinée. Nous voulons que tout le peuple de Guinée puisse désormais participer au vote. Nous savons bien qu’à cause de l’impôt de capitation, beaucoup de Guinéens n’ont pas pu participer aux élections. Avec le recensement, il y aura la carte d’électeur et la carte d’identité. ‘ Ainsi selon le président, les gens s’agitent inutilement. Puisque la Guinée est à même d’organiser ces élections sans l’apport d’aucune institution. ‘ Pourquoi, ils s’agitent que l’Union Européenne ne va pas donner de l’argent ‘ s’interrogent le chef de l’État. Avant de marteler ‘ nous respectons nos partenaires, mais je dis que la Guinée est souveraine. Nous voulons qu’on nous aide. Mais qu’on nous aide ou qu’on ne nous aide pas la Guinée organisera les élections d’elle-même. ‘ Comme pour dire que la balle est désormais dans le camp de l’opposition. Cette opposition qui reste toujours muette face à cette déclaration du gouvernement. Alors que dans un passé récent, elle avait déclaré qu’elle n’était pas d’accord pour la reprise intégrale du recensement, constate notre confrère.

‘ Radio télévision guinéenne : trois présentateurs vedettes écartés ‘, constate L’Observateur

Le journal rapporte ‘ malheur aux vaincus ! A leurs amis aussi ! Le président Alpha Condé a beau clamé qu’il n’y aura pas de chasse aux sorcières. Mais malheureusement, on y assiste à tout bout de champ. Dans le monde politique, comme celui des affaires et surtout dans l’administration publique. On s’en souvient, un de ses tout premiers décrets, bien avant qu’il ne mette en place son gouvernement, a été le limogeage de Pr Binta Diallo, la directrice de l’hôpital Ignace Deen. Cette professeur émérite avait refusé de cautionner la thèse de l’empoisonnement des militants du RPG parce que cousue de fil à blanc. C’était son seul crime.

 » A la RTG, trois présentateurs vedettes vient d’être sommés (verbalement) de ne plus montrer leur tête à claques à la petite lucarne : ce sont Marie Louise Sanoussi, Ciré Dieng et Ibrahima Ahmed Barry. D’autres jugés plus proches du pouvoir sont désormais les seules habilités à présenter le journal télévisé. Comme par hasard, les trois journalistes écartés sont accusés d’être proches de ‘ l’Alliance Cellou Dalein Président ‘. Cette décision a-t-elle été imposée d’en haut ou prise librement par la direction de la RTG-Koloma ? On l’ignore pour le moment. Quoi qu’il en soit tant pis pour les Guinéens qui aimaient voir ces trois vedettes présenter si admirablement le journal télévisé en les considérant comme des fiertés nationales. Pour maints observateurs, leur mise à l’écart, malgré leur talent incontestable, a les allures d’un règlement de compte et la mesquinerie… », s’exclame notre confrère

A la semaine prochaine in cha Allah…

Irahima Guibark

+221772930161/+221706011399

21 mai, 2011

Classé dans : Non classé — guibarka @ 15:10

  Pub Guinéenews - Guinea Line & Logistics

Politique : CENI, reprise du fichier électoral, Galakpaï, affaire de mercenaires, ce qu’en pense Moutar Diallo de NFD
 
 
 MouctarNFDCinq mois après la démission collective du gouvernement de Transition, l’ex-ministre de l’Élevage de la Transition et président des Nouvelles Forces Démocratiques (NFD) reprend droit à la tête de sa formation politique.

Ce vendredi 20 mai, Mamadou Mouctar Diallo a donné un point de presse au siège de son parti, sis au quartier Taouyah, commune de Ratoma. Au cours de cette sortie face à la presse, il s’est exprimé sur certains grands sujets d’actualité et qui sont relatifs à la vie de la nation.

La restructuration de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), la reprise du fichier électoral, les récents affrontements intercommunautaires à Galakpaï, l’affaire d’enrôlement supposé de mercenaires contre la Guinée, y étaient au tant de thèmes abordés par lui.

Dans la déclaration liminaire ayant précédé les débats, NFD par la voix de son président Mouctar Diallo, a exprimé toute sa désolation suite aux malheureux incidents qui ont opposé les communautés Guerzée et Malinkée de la sous préfecture de Galakpaï dans la préfecture de Youmou en Guinée forestière.

Tout en présentant ses condoléances les plus attristées à toutes les familles victimes de ces affrontements, NFD exige à ce qu’une commission d’enquête indépendante et crédible soit mise en place afin, dit-on, de faire toute la lumière sur ce énième massacre intercommunautaire en région forestière.

En outre, NFD prévient que si une approche sérieuse, basée sur des méthodes modernes et scientifiques de prévention, de gestion et de résolution des conflits, n’est pas envisagée, la région forestière et toute sa dépendance risque de tomber dans une guerre civile aux conséquences incalculables.

A titre de contribution, Mouctar Diallo a annoncé que son parti a pris l’initiative d’apporter une assistance morale, matérielle, financière et médicale aux différentes victimes. Déjà, a-t-il précisé, une délégation du parti est actuellement sur les lieux pour présenter leurs condoléances et procéder à la distribution des dons.

Sur la question de la reprise totale de l’enrôlement annoncé par le ministre de l’Administration du Territoire et de la Décentralisation, le leader des NFD estime qu’une telle mesure ‘’unilatérale’’ n’est pas de nature à conférer au processus de sortie de crise une sérénité.

Pour lui, celle-ci contribuerait à replonger le pays dans une autre situation de blocage politique. En conséquence, affirme-t-il, il ne sera pas question pour les NFD de cautionner la tenue des élections législatives si, certaines garanties de transparence et d’équité ne sont pas données. Notamment, mentionnera le président des NFD, la fiabilité du fichier électoral, la définition du rôle, de la mission, de la composition et prérogatives dévolues à la CENI.

Ces questions, soutient-il, doivent être traitées dans le cadre d’une concertation impliquant toutes les parties prenantes qu’elles soient de la mouvance ou de l’opposition.

Faute de quoi, menace Mouctar Diallo, son parti, NFD et l’ensemble de leurs alliés (UFDG, NGR, Geci, UFR…) s’opposeront, à travers des actions et initiatives concertées, et par tous les moyens légaux y compris des manifestations de rue.

« C’est pourquoi, nous demandons au président Alpha Condé de préparer ses cimetières, ses hôpitaux et ses prisons. Parce que nous ne comptons pas nous laisser faire. Nous allons nous faire entendre. Nous nous opposons à toute reprise intégrale du fichier électoral », a-t-il prévenu.

Mais en attendant, NFD qui se dit être un parti d’opposition constructive, signale qu’il a déjà produit des mémorandums qui seront dès la semaine prochaine présentés au gouvernement. Ils devront, indique Mouctar Diallo, servir de conseils sur la gestion des affaires du pays.

Ibrahima Guibarka BAH

Dakar Seznegal

Tel:+221706011399

Puisse la paix régner dans le monde!!!

12345
 

ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE... |
EHOUMAN ACTU |
ViZioon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAN DES MANNEQUINS HINDSGAUL
| Paroldessono
| zone229