Guibarka Afridev

Bienvenue sur mon blog

29 juin, 2011

Lettre ouverte au president de la Republique le Proffesseur Alpha Conde

Classé dans : Non classé — guibarka @ 19:38

  Lettre ouverte au president de la Republique le Proffesseur Alpha Conde

                          Lettre ouverte au president de la Republique le Proffesseur Alpha Conde clip_image002Monsieur le President de la Republique,

Je me permets, Monsieur le Président, de vous écrire cette lettre afin de vous entretenir de deux(2) problèmes, qui gagnent le terrain dans notre  pays,depuis que les accords de ouaga ont ete signes : l’ethnocentrisme et a mauvaise politique au sein de notre administration.

En effet, malgré les engagements present par le capitaine Moussa Dadis Camara et le Generale Sekouba  Konate pour render le pouvoir au civile,l’ethnocentrisme et la mauvaise politique a belle et bien eut sa place dans notre pays.

L’ethnocentrisme n’est que le résultat de nombreux autres problems:

La haine et la segregation semmer par la premiere Republique pour des raisons egoistes et dictature afin de diviser pour regner.

La mauvaise mentalite de nos cadres qui tournaient autour du General Lansana Conte afin de s’enrichir avec nos contribuables,c’est qui a permis de developer la pauvrete de nos citoyens et la corruption,la gabegie financiere est devenu le code de la gouvernance…

L’absence d’un etat de droit ayant une justice credible,et une volonte des autorites de faire la lumiere sur les evenements douloureux precedents afin d’aboutir a une reconciliation Nationale.

Manque d’information sur l’attentat perpetre contre le Capitaine Moussa Dadis CAMARA depuis le 03 Decembre 2009, qui jusqu’au moment que je draisse ces quelques lignes se trouve au Burkina Fasso

Votre maniere de faire la champagne presidentielle,en se rendant sur une partie du territoire et laisse l’autre,l’intoxication alimentaire en accusant toute une communaute pour des simples raisons politique machiavelique qui a entrainer des consequences des deplaces de Siguiri,Kankan,…

La formation de votre gouvernement base sur des criteres partisans et non des competences.

Manque de dialogue entre le pouvoir et l’opposition pour nous sortir de ce chemin obscure.

     Je me permets par cette lettre de prendre un peu de votre temps, vous qui en manquez tant. Je vous en prie, ne vous arrêtez pas en route, lisez cette lettre jusqu’au bout même si vous ne partagez pas mon opinion. Et ne la jetez pas, elle est trop importante pour la nation guineenne.

La mauvaise politique ou la nouvelle dictature qui a reussit a donner raison a l’ancien dictature et qui se dite prete a amener la Guinee dans une guerre civile,il est temps que vous la stopper,monsieur le president.

Cette dictature est cause par des mauvaises personnes qui tournent autour de vous et qui n’ont aucune vision pour le Developpement,mais des visions de chatans,ils ont finis par vous changer,monsieur le president,je vous suggere de lire mes quelques 6 questions comme vous aimer le nombre 6(Dieu merci que la constitution dite que c’est 5ans et non 6ans)

1-Pensez vous que les guineens sont inhumains?si votre reponse est oui,je vous dis bravo!alors continuer votre mauvais chemin,les guineens se reveuillerons un jour pour vous repondre.

2-Pensez vous evoluez contre l’evolution du temps?si votre reponse est oui,je vous dis que vouloir aller contre l’evolution du temps c’est vouloir aller contre soi meme,vouloir diriger la Guinee de 2011 comme celui de 1958,c’est de vouloir marcher sur le chemin des mauvais home qui merrite que l’enfer,et dans ce cas vous vous retrouverez dans un chemin obscure eternal.

3-etes vous rassurer que vous reuissirez jamais avec ce gouvernement de recompense?si votre reponse est non,je vous dis oui,vous reuissirez jamais avec ce gouvernement car,c’est un gouvernement sans programme et bidon.

4-Qu’attendez vous de limoger ou appeler a demissionner ce Facinet que votre paysage exterieur avait designe comme mediateur de la Republique,en fermant les yeux et violalant la constitution don’t vous devez etre le premier gardien,permettez moi de vous dire que ce Facinet est votre premier enemi,enemi de la nation entire car,il est enemi de la constitution du pays?

5-Pensez vous de gagner les elections legislatives,et que c’est pour cette raison que vous accepter de suivre votre mauvais paysage exterieur?si oui,je vous dis non que vous aller pas gagner ces elections,je dis bien gagner et non faire un mascarade electorale qui pourrait plonger le pays dans ce que veut les enemis  de la Guinee.

6-Croyez vous que vous etes d’accord avec votre paysage ou pensee einterieur?si oui vous dites oui,je vous dis non,monsieur le President,votre paysage interieur est tres noble,honete,qui revait d’etre le Mandela de la Guinee en reconliant la population,defendre la constitution et respecter la loi,en instaurant un etat de droit,une justice credible.

 

Si vous lisez ces mots, c’est que vous avez accepté de lire la totalité de ma lettre, je vous en remercie grandement et je souhaite que vous changer votre paysage exterieur par ce lui de l’interieur afin de pouvoir changer aussi les mauvaises paysages exterieurs des autres qui est la base de tous les maux de notre pays.

 Acceptez mes sentiments distingués,

                                                                                                                    TOLO T   Ibrahima Guibarka

                                                                               ibrahimaguibarka@yahoo.fr                                              

 

28 juin, 2011

Alpha Condé guetté par le syndrome Wade

Classé dans : Non classé — guibarka @ 15:21

Alpha Condé guetté par le syndrome Wade

Politique
Lundi, 27 Juin 2011 13:35

abdoulayewade«L’homme supérieur est influencé par la justice, l’homme vulgaire est influencé par l’amour du gain» (Confucius)

Ils avaient tous été pendant des décennies dans l’opposition dans leur pays respectif. Et puis, ils font partie tous les deux, de l’intelligentsia africaine. Le premier est un professeur agrégé. Il a milité au sein de la Fédération des Etudiants d’Afrique noire Francophone (FEANF). Le second a été un avocat de renom dans son pays et en dépit du fait qu’il ne soit pas comme le premier, titulaire d’une agrégation, du point de vue diplômes et personnalité intellectuelle, il n’a absolument rien à lui envier.

Alpha Condé fut un farouche opposant aux régimes tyranniques d’Ahmed Sékou Touré et Lansana Konté. Abdoulaye Wade, quant à lui, était connu pour son opposition aux présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf. Il y a quelque chose de notable pour le cas de la Guinée-Conakry comme pour celui du Sénégal. Le premier pays n’avait jamais été une démocratie et le nouveau président devrait œuvrer à y laisser un nom : l’homme qui aura apporté la démocratie pour la première fois en Guinée. Curieusement, les actions de Condé contribuent aujourd’hui à maintenir son pays dans son état initial de pays hors-la-loi.

Le second, le Sénégal, s’était toujours voulu un modèle de démocratie et tout le monde d’ailleurs s’accorde en Afrique à reconnaître à Senghor, en dépit du manque d’alternance au pouvoir qui avait caractérisé son long règne, des efforts qui lui auront permis de mettre en place des structures qui permettaient de considérer le Sénégal comme une référence démocratique sur le continent. Lesdites structures ont fonctionné normalement jusqu’à l’avènement d’un certain « joli pépé» défraîchi et usé par l’âge et dont le charme contrastera cruellement avec « la belle œuvre titanesque » à laquelle il se livre depuis quelques années.

Tout le monde sait les conditions magiques dans lesquelles Alpha Condé a été porté au pouvoir. Lors d’une interview accordée la semaine dernière à RFI, « la victime » de la première élection « démocratique » guinéenne, Cellou Dalein Diallo (CDD), a dénoncé les multiples violations de la constitution dont l’une a permis à Condé de nommer un très proche, Fassiné Touré, médiateur de la République. En conférence de presse publique donnée il y a quelques jours, Fassiné Touré déclarera que les peuhls (ndlr : CDD est peuhl) n’ont qu’à se contenter du pouvoir économique (ndlr : ils sont les grands opérateurs économiques en Guinée) qu’ils ont, et que les autres communautés n’ont qu’à se partager le pouvoir politique. Il ajoutera que si jamais les peuhls arrivaient au pouvoir, ce serait la guerre civile. Ceci permet de voir jusqu’à quel point Alpha Condé constitue un danger pour la réconciliation en Guinée, de même que pour la démocratie.

Rappelons qu’il y a quelques semaines, de retour d’un voyage, CDD s’était vu interdire le droit d’être accueilli par les militants de son parti. Ceci sera à l’origine d’un affrontement ayant occasionné des blessés et au moins un mort. Deux militaires assurant sa sécurité, selon CDD, seront arrêtés, jugés et condamnés à des peines de prison, de même que quelques jeunes Guinéens. L’opposant et « démocrate » qui critiquait certaines pratiques hier, s’en accommode aujourd’hui. Alors que reprochait-il aux régimes précédents ? Que l’on ne s’étonne pas de voir plus tard Alpha Condé vouloir s’incruster au pouvoir comme Wade. C’est ainsi que cela commence.

De son côté, dans sa logique de se maintenir à tout prix au pouvoir ou de se faire remplacer par son fils Karim, Wade noie la démocratie sénégalaise et jette du discrédit sur sa propre personne. Nous n’en voulons pour preuve que son projet de loi constitutionnel instituant l’élection simultanée du président et du vice-président de la République. Il tient à pousser son pays au rang des Etats voyous du continent dirigés pour la plupart par des irresponsables qui n’ont que faire du bien-être de leur peuple. Que reproche Wade à Kadhafi à qui il demande de quitter le pouvoir ? L’Afrique est maudite, lorsque ses démocrates d’hier se comportent en dictateurs ou demandent aux autres de faire ce qu’ils rechignent à faire eux-mêmes

BAH Ibrahima Guibarka

Tel+233548368561

Classé dans : Non classé — guibarka @ 15:14

Affaire des 22 millions de dollars : La BCRG nie toute trace et dément les mensonges infondés de Sékouba KONATE

Politique
Mardi, 28 Juin 2011 08:45

sekouba1Les langues se délient et on commence à y voir plus clair sur la destination des 22 millions de dollars remis à l’ancien chef de la junte le capitaine Dadis CAMARA par la SAG (Société Aurifère de Guinée) au lendemain de la prise du pouvoir par ce dernier. Depuis la sortie fracassante de l’ancien secrétaire général du CNDD le colonel Moussa KEITA dans une interview accordée à l’un de nos confrères, ces 22 millions de dollars continuent de faire couler beaucoup d’encres et de salives.

Dans cette longue sortie médiatique, le colonel Moussa KEITA affirme sans embase et avec beaucoup de précisions « Le Général Konaté a fait le coup d’Etat contre le capitaine Dadis CAMARA à cause de ces 22 millions de dollars. La Preuve est que dès qu’il est monté au pouvoir, les 22 millions de dollars ont disparu. Il a fait croire que c’est avec cet argent qu’il a acheté des tenues aux militaires. Mais ce n’était pas vrai. Toutes les tenues ont été offertes par le Colonel Kadhafi. Si le professeur Alpha Condé veut que les audits soient crédibles, il doit auditer tout le monde y compris le Général Konaté». Après ces accusations que plusieurs guinéens qualifient de fonder et très proche de la réalité, la réplique du général KONATE ne s’est pas fait t’attendre. C’est via certains de nos confrères qui se sont malheureusement convertis en son cabinet de communication que l’ancien président de la transition Sékouba KONATE a déclaré: « Les 22 millions USD sont encore disponibles dans les comptes de la banque centrale de la République de Guinée. Le président Alpha Condé et les autorités de la BCRG sont tous au courant. Vous pouvez y vérifier…Tout le reste n’est qu’une diversion…»

Nos confrères ne s’arrêtent pas là et déclarent avoir appelé la BCRG pour des fins d’enquêtes. Selon eux, voici la réponse fournie par la BCRG :

« En général, la BCRG ne se mêle pas des polémiques. Cependant, je peux vous confirmer que le montant des 22 millions de dollars américains dont on fait allusion, est encore disponible dans le compte du trésor public guinéen. Il n’est jamais sorti des caisses de la BCRG et fait partie des comptes de l’État…. »

Ces déclarations de vos confrères constituent un mensonge infondé qui n’a tête ni queue déclarent plusieurs cadres de la BCRG qui affirment mordicus l’absence de toute trace de ces 22 millions dont parle l’ancien président de la transition.

Chez nous à www.guinee58.com, fidèle à notre réputation d’enquêtes et de recoupages d’informations, nous avons cherché à y avoir plus clair. C’est ainsi que nous avons joint les services du premier vice gouverneur Yéro BALDE qui nous affirment qu’il n’y aurait aucune trace de ces 22 millions de dollars au sein de la BCRG, informations corroborées par les services de la comptabilité de la dite banque, il serait peut être temps que nos confrères et Sékouba KONATE nous disent dans quels services cet argent aurait il des traces au sein de la première institution bancaire de notre pays ?

En tout état de cause, toute cette cacophonie dénote le laxisme, le laissez aller, les magouilles, le favoritisme de ses proches,…dont Sékouba KONATE a fait preuve durant la transition et que les guinéens contineuent de payer le lourd tribut; Alors que lui et ses proches dont un certain Tibou KAMARA sabrent du champagne dans les luxueux hôtels et palaces à travers le monde aux frais de nos pauvres contribuables analyse Sékou SOUMAH éditorialiste politique et consultant de notre quotidien online.

En l’absence de cet argent à la BCRG contrairement à ce qu’affirme Sékouba KONATE, nos équipes sur le terrain continuent d’élucider toutes les pistes pour vous donner avec précisions le lieu d’atterrissage de ces 22 millions de dollars.

Pour terminer, de par cette déclaration fracassante de Sékouba KONATE, il  dément les mesonges de Alpha CONDE qui a affrimé que son regime n’a trouvé que 400 dollars americains au sein de la BCRG. On pourrait également se poser la question, si cet argent a été effectivement remis au régime de Alpha CONDE, pourquoi ces 22 millions de dollars ne figurent-ils pas sur le budget présenté au CNT par le gouvernement? 

Affaire à suivre…

Zenab BANGOURA, www.guinee58.com, Conakry

1 juin, 2011

L’INDIFFERENCE DES NOS INTELLECTUELS MET LA GUINEE EN RETARD…

Classé dans : Non classé — guibarka @ 15:47

                       

L’INDIFFERENCE DES NOS INTELLECTUELS MET LA GUINEE EN RETARD…

Que devient la Guinée?
 

 

 La Guinée est l’un des rares pays au monde qui piétine encore les droits et les libertés fondamentales de ses citoyens, à cause de l’indifférence  de la plus part de ses cadres.

Le silence des intellectuels sur les exactions répétées des gouvernements sanguinaires, est avant tout, un silence coupable, un silence complice. Un bon nombre de cadres guinéens sont indifférents à la situation socioéconomique et politique du pays, estimant même qu’ils sont des victimes au même titre que le reste de la population civile. Ils fuient leur responsabilité civile de s’impliquer dans le développement, abandonnant le pays entier entre les mains d’extrémistes qui ne pensent qu’à satisfaire leur boulimie du pouvoir. Depuis 1958, les intellectuels qui ont servi la Guinée et qui la servent actuellement ont laissé les politiciens manipuler et diviser les communautés pour renforcer leur pouvoir. Un éminent intellectuel français du nom de Jacques Attali disait sur une chaine publique française : « Un intellectuel qui n’agit pas, est une marionnette au service de quelqu’un d’autre ». Effectivement cela se vérifie avec les intellectuels guinéens qui ont toujours été des marionnettes au service d’un président qui, n’est forcément pas un intellectuel digne de nom.

 

Qu’attendent-ils pour s’engager dans la lutte pour le véritable changement ? Sont-ils résignés de voir le pays se développer un jour ?  Sont-ils complices de cette communautarisation de l’appareil administratif du pays ? Maintenant que la situation socioéconomique et politique se complique que faut-il faire pour réveiller et conscientiser les intellectuels guinéens ?

 

Par ces temps qui courent dans les pays en voie de développement où la soif de la démocratie appelle à la mobilisation civique, à l’implication de tous les dignes citoyens, les intellectuels guinéens devraient s’en inspirer pour revendiquer et exiger un véritable débat sur le processus de démocratisation de leur pays. Il est temps que la Guinée sorte de l’impasse politique pour jeter les bases d’une véritable démocratie, une démocratie qui permettra aux citoyens de mettre leur compétence au service du pays sans aucune considération régionaliste et ethnique. Cependant, pour arriver au stade du développement, il est impératif que les dignes intellectuels du pays s’impliquent d’avantage dans la vie sociale, politique et économique de la République, en apportant leur contribution dans la résolution des problèmes quotidiens des populations rurales et urbaines. Ils doivent considérer le développement de la Guinée comme leur droit, qu’il faut impérativement respecter pour leur propre bien être. Il n’est plus question d’abandonner la gestion des deniers publics entre les mains d’un petit groupe d’extrémistes qui ne compte que sur le soutien d’une milice armée. Le temps est venu de mettre fin à cette politique de leurre qui nous éloigne du vrai débat politique qui pourtant, devrait nous guider dans les recherches de solutions pour développer le pays. C’est avec la synergie de tous les intellectuels démocrates du pays que nous pourrons arriver à diagnostiquer avec certitude ce mal qui ronge la Guinée depuis son indépendance. Quoi qu’il en soit, il faut souligner que le débat doit être porté dans les milieux intellectuels pour leur démontrer que leur indifférence aux problèmes sociopolitiques met en péril le tissu social du pays. Il est d’ailleurs facilement prouvable que l’indifférence des intellectuels affecte directement le tissu social guinéen. Nous nous rappelons encore l’intoxication mensongère de l’opinion nationale par l’alliance arc-en-ciel conduite par l’actuel président, comme quoi « des peulhs ont empoisonné les militants du RPG » alors que tout cela a été monté dans le but de délocaliser les militants du camp adverse de la Haute Guinée et de la Forêt. Malheureusement aucun intellectuel n’a osé apporter un démenti formel à cette intoxication. Le médecin qui avait  honoré ses études en rejetant l’hypothèse d’un empoisonnement, a été tout simplement demi de ses fonctions. Les intellectuels ont gardé le silence complice qui a conduit aux massacres d’innocents citoyens à Siguiri et à Kouroussa. Ils ont fuit les places publiques pour démentir cette manipulation ethnique,  pourtant si la Guinée brûle, ils brûleront avec et le vent qui soufflera après emportera les cendres de leur corps. Les récents propos scandaleux de Facinet Touré, soit disant médiateur national, mettent en cause les fondements de notre constitution. Il oublie que les guinéens sont égaux en droit et en devoir face à l’Etat. Malgré la gravité de ces propos qui touchent directement le tissu social, les intellectuels ont refusé d’en débattre. Hors mis la réaction d’un Parti politique en l’occurrence l’UFDG, aucun intellectuel ou Parti politique n’a condamné ces dires du médiateur national.  

 

Les intellectuels guinéens doivent savoir qu’à un moment donné de la vie, la politique peut devenir un droit dans une société qui souhaiterait en arriver à une maturité collective. Dieu sait que nous voulons tous une maturité politique pour l’ensemble des guinéens et pour y arriver, il est plus que nécessaire que les intellectuels jouent le rôle de formateur, d’informateur et également de sensibilisateur.

 

 L’élite guinéenne a de près ou de loin une part de responsabilité sur ce qui se passe dans le pays, soit elle est complice de ce groupe d’extrémiste qui divise les communautés pour régner depuis l’indépendance, soit  elle refuse délibérément de jouer son vrai rôle, celui d’animer le débat démocratique avec des arguments objectifs susceptibles de s’opposer aux arguments basés sur l’utilisation et la manipulation des communautés rurales. Elle est très loin d’honorer ses nombreuses années d’études dans les pays démocratiques tels que : la France, les Etats-Unis, la Belgique, la Suisse, l’Angleterre etc.…..Malgré ces années, notre élite  n’a pas eu l’intelligence de copier le bon exemple que les élites de ces pays respectifs exercent pour défendre les intérêts de leur peuple.

 

 Le peuple de Guinée et ses amis ignorent le somnifère que son élite a pris durant toutes ces années car, c’est une élite endormie, inactive, soumise, paresseuse ; préférant la facilité au labeur, le mensonge à la vérité, l’obscurantisme à la lumière. Et pourtant, elle a le potentiel requis pour mener à bien ce combat pour le changement démocratique mais pour le moment elle se lasse en voyant le peuple s’engouffrer dans la misère totale.

 

Il est temps que le peuple de Guinée  réveille et mette son élite face à ses responsabilités civiles, c’est maintenant où jamais, sinon nous risquons à notre tour de léguer une Guinée ethniquement divisée à nos enfants et à nos petits enfants. Le peuple a toujours été victime de la trahison de son élite intellectuelle et l’est aujourd’hui encore. C’est une élite qui a failli à son devoir patriotique c’est-à-dire le devoir de développer la Guinée pour que tous les enfants de ce beau pays aient un avenir promoteur, pour que les femmes de ce beau pays s’épanouissent et que les sages de ce  pays aient des derniers jours paisibles.

 

A l’image de la Côte d’Ivoire, la Guinée court un grand danger de guerre civile si les intellectuels ne se réveillent pas pour contredire les propos des politiciens sans état d’âme. Les signes annonciateurs d’une regrettable guerre civile se multiplient sur la place publique. Des affrontements interethniques de Yomou, aux propos de Facinet Touré en passant par l’attitude d’Alpha Condé, la République de Guinée accumule les ingrédients pour allumer les feux d’une guerre civile.

 

C’est maintenant que les intellectuels guinéens doivent agir pour préserver et renforcer le fragile tissu social du pays. Ils ont intérêt à se réveiller avant que le feu qu’allument les politiciens ne les emporte dans leur sommeil. Ce réveil passera par un véritable mouvement dialectique  qui est le propre de la nature humaine et qui permettra sans doute  de démontrer le contraire de ce que nous montrent les ennemis de la République. Le principe de la dialectique est en chaque homme, il doit être instauré dans le débat politique guinéen, c’est aux intellectuels de l’imposer. Malgré l’austérité du gouvernement, les moyens pour créer un tel mouvement dialectique sont là : radios privées, les journaux indépendants et les sites internet…

 

Qu’Allah réveille nos intellectuels et nous débarrasse des ennemis de la Guinée.

Amen!

 

Marwane Diallo.

 

ECOLE NORMALE SUPERIEURE DE... |
EHOUMAN ACTU |
ViZioon |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | FAN DES MANNEQUINS HINDSGAUL
| Paroldessono
| zone229